Nouvelle Pandore

LA NOUVELLE PANDORE

OU

LES FEMMES

ILLUSTRES

DU SIECLE

DE

LOUIS LE GRAND.

RECUEIL DE PIÉCES

Académiques, en Prose & en Vers,

sur la Préférence des Séxes.

DÉDIÉ AUX DAMES.

Par M. DE VERTRON Conseiller Historiographe du Roy,

Académicien de l'Académie Royale d'Arles,

& de celle des Ricovrati de Padouë.

A PARIS,

Chez la Veuve C. MAZUEL, au bout du Pont S. Michel

du côté du Marché Neuf, à la Levrette.

M.DC.XCVIII.

AVEC PRIVILEGE DU ROY


On peut consulter la première édition sur Gallica.


Le tome II est également disponible. Sur Mlle Serment, on y trouve seulement, dans une liste de dames illustres mortes (pages non numérotées) : « Mademoiselle de Serment. Voïes le Menagiana, & le Mercure Galant, avec les beaux vers gravés au dessous de son Portrait et faits par M. l’Abé Genest l’un de ses Illustres Amis ».


Seconde édition à Paris, chez Nicolas Leclerc, 1703.

Claude-Charles Guyonnet de Vertron(1645-1715), historiographe du roi et membre de l'Académie d'Arles, commença son recueil à l'honneur des dames par six discours académiques :

1. Du mérite des dames.

2. Du mérite des hommes.

3. De l’égalité des sexes.

4. Contre l’égalité des sexes.

5. Contre les hommes.

6. De l’excellence du beau sexe.

Selon la Préface de 1698, Vertron les composa « il y a quelques années, qui étoient mes belles années, […] à la cour ». Il présenta le premier en manuscrit à la Dauphine, « sous les auspices favorables » du duc de Saint-Aignan. Il conçut ensuite un « petit ouvrage » La Minerve Dauphine, mais y ajouta des lettres et des vers après la mort de la princesse en 1690, sous le nouveau titre. Comme la Dauphine épousa le fils de Louis XIV en 1680 et mourut en 1690, on peut dater la conception de La Nouvelle Pandore des années 1680 et la constitution du recueil entre 1690 et 1698. Les textes qui suivent ces discours et quelques lettres qui les mentionnent sont de 1680-1682.