Textes de Mlle Serment

Voici une sélection des textes de Mlle Serment qui nous sont parvenus.

La majorité a paru dans La Nouvelle Pandore.

# # #


MADRIGAL (Pierre Corneille, 1659)

Mes deux mains à l’envi disputent de leur gloire,

 Et dans leurs sentiments jaloux

 Je ne sais ce que j’en dois croire.

 Philis, je m’en rapporte à vous ;

 Réglez mon avis par le vôtre. 5

 Vous savez leurs honneurs divers :

La droite a mis au jour un million de vers ;

Mais votre belle bouche a daigné baiser l’autre.

Adorable Philis, peut-on mieux décider

 Que la droite lui doit céder ? 10


Pour l'histoire de ce madrigal et de la réponse, voir la page consacrée à Corneille et son "cycle Serment".

Texte de l'édition Marty-Laveaux (Paris, Hachette, 1862), t. X, p. 151.

Au vers 5, on lit "avis" dans les Poésies choisies de 1660 et dans le manuscrit Conranr. Dans l'édition Granet (1738) et les éditions postérieures, on lit "Amour".


Réponse de Mademoiselle Serment [titre de l'édition Granet]

Si vous parlez sincèrement

Lorsque vous préférez la main gauche à la droite,

De votre jugement je suis mal satisfaite :

Le baiser le plus doux ne dure qu'un moment ;

Un million de vers dure éternellement, 5

Quand ils sont beaux comme les vôtres ;

Mais vous parlez comme un amant,

Et peut-être comme un normand :

Vendez vos coquilles à d'autres.


Texte de l'édition Marty-Laveaux (Paris, Hachette, 1862), t. X, p. 362.

Ces vers figurent à la page 860 du manuscrit Conrart, sous le titre Réponse de l’incomparable Sapho [Mlle Scudéry] à la seconde épigramme de M. Corneille. Ils furent publiés pour la première fois par Granet dans son édition des Oeuvres diverses de Corneille en 1738, sous le titre Réponse de Mademoiselle Serment.


# # #

Sur la Grossesse de Madame / LA DAUPHINE. / SONNET.


O VOUS ! Astres brillans, qui depuis tant d'années

Reglez la Terre, l'Onde, et l'Empire des Airs,

Qui tenez au pouvoir de vos aspects divers

La naissance de la fin des Mortels enchainées.

Si vous avez soumis toutes les Destinées 5

Des vulgaires Humains à cent tristes revers,

Il en est quelques-uns promis à l'Univers

Qui rendront sur nos jours vos puisances bornées.

Celui, dont nos desirs aprésent sont flatez

Nous fera mépriser vos inégalitez, 10

Vous ne troublerez plus le repos de la France :

Et ce Fils que le Ciel va donner à nos vœux,

Malgré de vos rigueurs la cruelle influence,

Nous est un sûr Garand d'estre à jamais heureux.

Par Mademoiselle DE SERMENT sous le Nom de la Sybille Gallicane.


Texte de La Nouvelle Pandore de Vertron, 1698, p. 124-125. Le sonnet est précédé de plusieurs autres poèmes sur cette grossesse et d'une lettre de Vertron au duc de Saint-Aignan, p. 117-118. Vertron félicite le duc sur un sonnet en bouts-rimés "Prophétie sur la grossesse de Madame la Dauphine" et ajoute qu'il joint un "sonnet régulier sur la Grossesse de Madame la DAUPHINE, fait par Mademoiselle de Serment".

Le duc de Bourgogne, fils du Grand Dauphin et petit-fils de Louis XIV, est né le 6 août 1682. On peut donc dater ce sonnet de la fin de 1681 ou des premiers mois de 1682.

# # #

Vers de Mademoiselle SERMENT, quelques momens avant sa mort.


Bientost la lumiere des Cieux

Ne parroistra plus à mes yeux.

Bientost quitte envers la Nature,

Je vais dans une nuit obscure

Me livrer pour jamais aux douceurs du sommeil[.] 5

Je ne me verray plus par un triste réveil

Exposée à sentir les troubles de la vie.

Mortels, qui commencez icy-bas vôtre cours

Je ne vous porte point d'envie [;]

Vostre sort ne vaut pas le dernier de mes jours. 10

***

Viens, favorable Mort, viens briser des liens

Qui malgré moy m'attachent à la vie.

Frappe, seconde mon envie.

Ne point souffrir est le plus grand des biens.

Dans ce long Avenir j'entre l'esprit tranquille. 15

Pourquoi ce dernier pas est-il si redouté ?

Du Maistre des Humains l'éternelle bonté,

Du malheureux Mortel est le plus sûr azile.


Texte du Mercure Galant, janvier 1692, p. 240-243.

Publié peu de temps après dans Le Portefeuille de Monsieur L. D. F**'*', chez Dominique Labarre, Carpentras, 1694, et peut-être dans des éditions antérieures. Et dans :

Voyage de Messieurs de Bachaumont et de La Chapelle, avec un mélange de pièces fugitives tirées du cabinet de Monsieur de Saint-Evremond, Utrecht, François Galma, 1697, p. 127.

Voir aussi le recueil manuscrit de la BnF, NAF 18.220, p. 255-256.

Selon Boscheron dans sa Vie manuscrite (1722), p. 77, ce sont "des Vers que Quinault a mis sous son nom, et où il est aisé de sentir le genie du poete". Cependant, comme le dit William Brooks, "Quinault étant décédé quatre ans avant Mlle Serment, la datation qu'en propose Boscheron ('peu d'heures avant que de mourir') est impossible s'il en est l'auteur" (François Boscheron, p. 288).

Ce sont de loin les vers les plus connus de Mlle Serment, reproduits dans de nombreux recueils. Ils figurent dans des éditions des oeuvres de Saint-Évremond, attribués à Mlle Serment. Voir les Mélanges curieux [...] de Saint-Évremond, t. II (1706) et ses Oeuvres chez Tonson à Londres (1725).

W. Brooks mentionne le passage des Illustres Françoises de Challes (1713), où ces vers sont incorporés dans un poème plus long (éd. Delloffre et Popin, 1991, p. xlv-xlvi et 62-63).

Dans ces premières publications, il y a plusieurs variantes :

v. 4, "Je vais [...]" ; v. 16, "est-il à redouter ?" ; v. 18, "Des malheureux mortels".

Il y a aussi des variantes dans des sources postérieures. Par exemple, dans le Tableau historique de l’esprit et du caractere des littérateurs françois, Depuis la renaissance des Lettres jusqu’en 1785 […], tome second, Versailles, Poincot et Paris, Nyon, 1785, p. 142-143, on lit :

v. 7, "les tourmens de la vie" ; v. 16, "est-il tant redouté ?".

# # #

Lettre de Mademoiselle de Serment à Monsieur de Vertron, dans La Nouvelle Pandore, p. 78-82


Monsieur, Vous me faites trop d'honneur de me demander mon sentiment, vous ne songés pas que je suis une des Parties interessées. Nos Antagonistes auroient raison de me recuser : mais vous pouvez sans crainte rendre en faveur de notre Sexe un Jugement solennel, & terminer cette grande & délicate affaire qui se remuë aprés tant de Siecles. Je croy pour moy qu'il est important pour l'honneur des belles Dames, du nombre desquelles je ne suis point, de mettre en cause ces Amans /p. 79/ insensez, que je regarde comme autant de faux Accusateurs, qui adorent celles qu'ils veulent faire passer pour coupables ; qui présentent d'une main des plaintes contre celles à qui de l'autre ils offrent des Vœux & de l'Encens ; & qui les traitent en mesme temps de Criminelles & de Divines. Je suis persuadée comme vous, Monsieur, que si les Belles sont cruelles, c'est pour des Audaçieux & des Téméraires que leur insolence expose justement à leur hayne. Si elles sont insensibles, est-il quelqu'un sous le Ciel dont l'orgueil soit assez grand pour pouvoir concevoir une espérance raisonnable de les rendre sensibles pour soy, & de toucher leurs cœurs ? Elles sont impitoyables, il est vray, mais j'avouë avec vous, Monsieur, que ce n'est que pour ceux, que des tourmens imaginaires, où des delits un peu trop insolens en rendent indignes, & qui souhaitent d'elles une pitié qui les deserpereroit, s'ils la trouvoient commune, & s'ils les en croyoient capables pour d'autres que pour eux. De quelle injustice peut-on accuser ces sages Beautez? Est-il quelque service assez grand pour exi /p. 80/ ger d'elles quelque recompense ? Les moindres effets de leur reconnoissance ne seroient-ils pas infiniment audessus de tout ce qu'on peut mériter d'elles ? En un mot, peuvent-elles donner moins qu'elles ne doivent ? Ces Amans forcenez les accusent de fierté : mais je le repete aprés vous, cette fierté bien loin d'estre blamable, est digne de louange ; la connoissance qu'elles ont de leur mésite les rend justes & raisonnables, sans que l'amour propre y ayt part.

Ne vous semble-t-il pas, Monsieur vous qui n'avez que de beaux sentimens pour les belles Dames, voir dans un Palais magnifique, au milieu d'un Cercle de rares Beautez Grecques, Romaines, & Françoises, l'Amour arrachant son bandeau d'une main, pour les regarder toutes, & tenant de l'autre son flambeau allumé pour embraser leurs cœurs d'une passion juste & noble, & entendre dire à ce Dieu petit par son air & sa taille, mais grand par son pouvoir, ces Vers que je crois de vous.

Insolens,qui croyez qu'on vous doit rendre heureux

Qu'on doit cesser d'estre inhumaines,

/p. 81/

Sitost que vous parlez de langueurs et de peines,

Qui pensez faire bonheur, quand vous offrez des Vœux ;

Ne vous estonnez pas de les trouver si fieres,

Et de vous voir traitter avec tant de rigueurs,

Que peuvent espérer des Amans téméraires

De posseder un jour leurs Cœurs ?

Abaisez vostre orgüeil ; et leur demandant grâce,

Contentez vous pour tout espoir

D'avoir le bonheur de les voir,

Bornez-là vos desirs, bornez-là vostre audace ;

Neussent-elles pour vous, ni douceur ni bonté,

Loüez vous hautement de ces Incomparables,

Et quoyque moins de cruauté

Ne les rendist pas moins aymables,

Confessez qu'il n'est point d'Objets plus adorables

Mesme au milieu de toute leur fierté.

Ce Souverain Maistre des Dieux, comme il l'est des Hommes, rend hom /p. 82/ mage aux Dames en déclamant si fortement contre ceux qui veulent séparer la Beauté de la Vertu ; c'est, Monsieur, sur ces sentimens du puissant Dieu d'Amour qui n'est pas, comme vous pouvez croire, celuy que nous peint Anacreon, que, je regleray tousjours les miens, & que vous devez prononcer les vostres ; ainsi je ne puis m'empescher de combattre ceux de Monsieur le Duc de la Rochefoucault que je revere d'ailleurs, qui dans la Morale traitre la fierté ou la severité des Femmes d'ajustement & de fard qu'elles ajoustent à leur beauté, & qui veut que la vanité, la honte, & sur tout le temperament fassent en plusieurs la Vertu des Femmes, de mesme qu'ils font la Valeur en la pluspart des Hommes. Ce sont ses termes que je voudrois bien avoir oubliez, je n'oubliray jamais les obligations que je vous ay en mon parriculier, & seray toute ma vie avec reconnoissance.

MONSIEUR;

Vostre trés-humble & très-obéïssante Servante.


Il faut comprendre cette lettre de Mlle Serment comme une réponse à l'envoi des six discours académiques publiés en tête de La Nouvelle Pandore en 1698 (p. 1-64) :

1. Du mérite des dames.

2. Du mérite des hommes.

3. De l’égalité des sexes.

4. Contre l’égalité des sexes.

5. Contre les hommes.

6. De l’excellence du beau sexe.

Vertron confirme cet envoi dans sa réponse à la lettre de Mlle Serment, p. 83-85 de La Nouvelle Pandore. Sa lettre est précédée de lettres de deux autres dames qui avaient lu ces discours, deux de Mme d'Autreval et deux de Mme Dourlens.

Quelques pages plus loin, il y a une lettre du duc de Saint-Aignan datée du 30 juillet 1680 et puis plusieurs lettres et poèmes sur la grossesse de la Dauphine. Comme dans le cas du sonnet de Mlle Serment, cette grossesse suggère une date de la fin de 1681 ou des premiers mois de 1682. Cette lettre de Mlle Serment serait donc de 1680 ou de 1681.

Les maximes de La Rochefoucauld auxquelles Mlle Serment fait référence sont, dans l'édition de 1678, la 204 : « La sévérité des femmes est un ajustement et un fard qu’elles ajoutent à leur beauté » et la 220 : « La vanité, la honte, et surtout le tempérament, font souvent la valeur des hommes, et la vertu des femmes ».


# # #

DIALOGUE Entre MONSEIGNEUR DUC DE BOURGOGNE, & celui qui lui présente une jeune Amazone dans son Char, dans La Nouvelle Pandore, p. 132-133


DAMON

A CET air si noble & si doux,

A cette grâce si divine

MONSEIGNEUR reconnoissés vous

Quelle est cette jeune HEROYNE ?


MONSEIGNEUR

Oui, je la connois, c’est Pallas :


DAMON

Bon ! Pallas, vous n’y songez pas :

Pallas n’a jamais eu la moitié de ses charmes ;

Et jamais de si sures Armes

Pour tout vaincre & tout conquérir.


MONSEIGNEUR

C’est peut être cette Déesse

Qui dans les Bois aime tant à courir.


DAMON

Quoi Diane la Chasseresse ?

Non, MONSEIGNEUR, elle a bien pour Amant

Un Chasseur beau, jeune, & charmant,

Mais c’est un Chasseur digne d’elle,

Un Chasseur de race immortelle,

Et tout autre qu’Endimion.


MONSEIGNEUR

Ne trouverai-je point son Nom ?

Ha ! je le tiens, je le devine,

C’est MADAME LA DAUPHINE

Et je ne comprends pas comment,

J’ay pu m’y tromper un moment.

Le duc de Bourgogne, fils du Grand Dauphin et petit-fils de Louis XIV, est né le 6 août 1682. Si on prend sérieusement une conversation avec un enfant au sujet de personnages mythologiques, elle ne pourrait avoir lieu avant, disons, 1685. En revanche, il suit de près le sonnet sur la grossesse de sa mère (la Dauphine), et il pourrait s'agir d'un dialogue imaginaire écrit vers 1681-1682.