Accueil‎ > ‎L'Oeuvre‎ > ‎

Tragédies

Je ne donne ici que les principales éditions françaises, qui sont tous des in-12 ; je donne néanmoins une édition hollandaise quand elle est disponible en ligne. Pour plus d'informations sur ces éditions, ainsi que sur les nombreuses éditions hollandaises, voir la Bibliographie critique de William Brooks.
On peut consulter tout le théâtre de Quinault en ligne, dans l'édition de son Théâtre de 1715 ; voir la Bibliographie [Oeuvres de Quinault].

La Mort de Cyrus
- Créé à l'Hôtel de Bourgogne à la fin de 1658, probablement le 20 décembre
- Paris, Augustin Courbé et Guillaume de Luyne, 1659
- [Amsterdam, Wolfgang], 1662
- Paris, Guillaume de Luyne, 1668

Astrate, roi de Tyr
- Créé à l'Hôtel de Bourgogne en 1664, probablement le 28 décembre (première représentation attestée le 6 janvier 1665)
- Paris, Guillaume de Luyne, 1665
- Paris, Thomas Jolly, 1665 (conforme à la précédente, à l'exception de quelques coquilles)
- Paris, Gabriel Quinet, 1665 (conforme à la précédente)
- Paris, Pierre Ribou, 1704
- Édition critique par Edmond J. Campion, Exeter, University of Exeter, 1980

Pausanias
- Créé à l'Hôtel de Bourgogne le 16 november 1668
- Paris, Guillaume de Luyne, 1669
- Amsterdam, Schelte, 1692
- Édition critique par Edmund Campion et William Brooks, Genève, Droz, 2004
- Édition critique en ligne par Marie-Émilie Papet (mémoire, Paris IV)
, 2004
(Attention ! selon plusieurs sites internet, le logiciel "Productivityboss", proposé sur ce site pour convertir le document en pdf, est porteur de virus.)
[Le Pausanias représenté le 28 mars 1795 par les Comédiens Français, rue Feydeau (Carcassonne, Gabriel Gareng, 1810), parfois attribué à tort à Quinault, est de C.-J. Trouvé. Comme Trouvé le dit dans sa préface (p. v), "le sujet de la tragédie de Pausanias est le neuf thermidor".]

Bellérophon
- Créé à l'Hôtel de Bourgogne le 19 janvier 1671 au plus tard, peut-être le 16 ou le 18
- Paris, Guillaume de Luyne, 1671
- Paris, Guillaume de Luyne, 1672
- Édition critique par William Brooks et Edmund J. Campion, Genève, Droz, 1990

Sous-pages (1) : Mort de Cyrus, 1668
Comments