Accueil‎ > ‎L'Oeuvre‎ > ‎Médailles et jetons‎ > ‎

Les Placets

SOURCE A:

   On a lû et examiné la description faite par feu Monsr. Quinault, de la medaille des Placets, et Elle a esté arrestée.


   Le Roy ayant pris luy mesme la conduite de Son Estat s’appliqua non seulement à rendre sa puissance redoutable à ses Ennemis, mais encore à procurer une parfaite Felicité a ses peuples. Il eut soin de s’Instruire plus particulierement de leurs besoins pour chercher les moyens d’y pourvoir et Il voulut que les portes fussent ouvertes à tous ceux qui viendroient lui presenter des placets. Ce fut une Joye d’autant plus grande, que peu de temps auparavant on trouvoit des difficultés presque Insurmontables a aborder le Ministre.
    Cette bonté du Roy pour ses peuples est le sujet de cette medaille. On y voit Sa Majesté qui reçoit favorablement les placets qu’on luy presente. Les mots de la Legende, Facilis ad Principem Aditus, signifient que l’accés auprés du Prince est facile ; et ceux de l’Exergue, Felicitas Publica veulent dire que la facilité que le Roy donne a ses sujets d’avoir recours a Luy mesme dans leurs besoins, est une de principales sources de la Felicité publique.


SOURCE B:
LE ROY ACCESSIBLE A TOUS SES SUJETS
Des que le Roy eut pris le gouvernement de l’Estat, il s’appliqua non-seulement à à se faire redouter de ses Ennemis, mais encore à procurer une parfaite felicité a ses peuples. Pour estre mieux en estat de pourvoir à tous leurs besoins, il eut soin des’instruire luy-mesme, & voulut que les portes fussent ouvertes à tous ceux, qui viendroient lui presenter des Placets. Un accés si libre auprés du Prince causa une joye d’autant plus sensible, que jusqu’alors on avoit eu de grandes difficultés à aborder mesme le Ministre.
    C’est le sujet de cette Médaille. On voit le Roy sur son Throne, où il reçoit favorablement les Placets qu’on luy presente. Les mots de la Legende, FELICITAS PUBLICA, signifient la Félicité publique. Ceux de l’Exergue, FACILIS AD PRINCIPEM ADITUS, M. DC. LXI. l’Accés facile auprés du Prince. 1661.

SOURCE C:
1661.
LE ROY ACCESSIBLE A TOUS SES SUJETS
Ce ne fut pas seulement par le retablissement de l’ordre géneral dans le royaume, que les peuples s’apperçeurent de l’application du Roy à gouverner par luy-mesme. Ce Prince attentif aux besoins particuliers de ses moindres sujets, voulut en estre instruit comme des plus grandes affaires de l’Estat. Il ordonna que les portes de son palais fussent ouvertes à tous ceux qui auroient des placets à luy présenter ; & les plus malheureux eûrent la consolation de pouvoir porter librement leurs plaintes & leurs demandes jusqu’au pied du throne.
    C’est le sujet de cette Médaille. Le Roy y reçoit luy-mesme les Placets qu’on luy presente. La Legende, FACILIS AD PRINCIPEM ADITUS, signifie l’Accés facile auprés du Prince. L’Exergue M. DC. LXI. marque l’année 1661. où cet usage fut establi .


PAGE EN CONSTRUCTION

SOURCES DE LA DESCRIPTION
   La source A ne diffère qu'en quelques très petits détails des transcriptions de Jacquiot. Les deux recueils de Médailles sur les principaux événements sont disponibles sur Gallica.
   On notera que toutes ces sources sont postérieures à la mort de Quinault.

A. Registre Journal des Délibérations et des Assemblées de l’Académie royale des Inscriptions. Séance du Mardy 14 Decembre 1694.

B. Medailles sur les principaux evenements du regne de Louis le Grand, avec des explications historiques, Paris, Imprimerie royale, 1702, p. 60

C. Medailles sur les principaux evenements du regne de Louis le Grand, avec des explications historiques, Paris, Imprimerie royale, 1723, p. 62

D. Josèphe Jacquiot, "Philippe Quinault, membre de la Petite Académie", dans Mélanges d'histoire littéraire (XVIe-XVIIe siècles) offerts à Raymond Lebègue, Paris, Nizet, 1969, p. 316-317


VARIANTES de la description
Source B:
    Malgré le titre différent et de nombreuses modifications, qu’on pourrait appeler pour la plupart stylistiques, le texte est assez similaire à celui de la source A. Certaines modifications sont simples – au premier paragraphe, par exemple, « la conduite de son Estat » devient « le gouvernement de l’Estat », et une « grande » joie devient « sensible ». Dans les phrases deux et trois, des propositions sont inversées – les besoins du peuple viennent avant l’instruction du roi, comme l’accès au roi avant la joie du peuple.
    Le troisième paragraphe est plus court, comme si tout était déjà parfaitement clair. La « bonté du Roy pour ses peuples » est remplacée par le pronom ce, et l’explication de « felicitas publica » devient une simple traduction.
    L'exergue et la légende sont inversés ("Felicatas publica" ne figure pas sur la représentation de la médaille).

Source C:
   Le premier paragraphe est en grande partie récrit, tout en ayant le même sens général. Il commence par « le retablissement de l’ordre géneral », au lieu de par un roi redoutable à ses ennemis. L’idée du roi attentif aux « plus grandes affaires de l’Estat » est introduite, et les difficultés d’aborder un ministre sont remplacées par les plaintes et les demandes des malheureux.
    Le deuxième paragraphe est même plus court que dans la source B. Le trône du roi n’est pas mentionné, et il n’est pas précisé que le roi reçoit les placets favorablement.

Comments