Accueil‎ > ‎L'Oeuvre‎ > ‎Médailles et jetons‎ > ‎

Ambassadeurs de Siam

SOURCE A:

   On a examiné la Description faite par feu M. Quinault, de la Medaille sur l’audience des Ambassadeurs de Siam, et Elle a esté arrestée.


    La gloire du Roy s’estant respandüe jusques dans les parties de l’Orient les plus esloignées, le Roy de Siam l’un des plus puissans Princes de ces contrées touché d’admiration, luy envoya des Abassadeurs en 1680 pour luy demander son alliance, et pour rendre hommage à ses Vertus. Ces premiers Ambassadeurs ayant fait naufrage, Il en renvoya d’autres cinq ans après, dont le voyage fut plus heureux. Ils eurent audience du Roy à Versailles, et lui presenterent de la part de leur Maistre, des presents magnifiques de tout ce que l’Orient produit de plus rare. Sa Majesté qui estoit Informée de la protection particuliere que ce Prince donnoit dans son Royaume aux Missionnaires d’Europe pour la propagation de la Religion Chrestienne, reçeut ses Ambassadeurs en grande Pompe, et avec de grandes marques de bienveillance pour leur Maistre. Tout le temps qu’ils furent en France, Ils furent défrayés à ses despens, Il donnâ ordre qu’on leur fist voir les principales villes de sa Frontiere, et Il les renvoya enfin chargez de presents beaucoup plus magnifiques que ceux qu’Ils avoient apportés.
    C’est le sujet ce cette Medaille. On y a representé le Roy dans la Gallerie de Versailles, sur un Throsne magnifique, au pied duquel on voit les Ambassadeurs du Roy de Siam. Les paroles de la Legende, Fama virtutis, signifient, le bruit des vertus du Roy. Il y a à l’Exergue, Oratores Regis Siam, Les Ambassadeurs du Roy de Siam. 1886.


SOURCE B:
AMBASSADEURS DE SIAM.
La gloire du Roy s’estoit respanduë jusques dans les parties du monde les plus reculées. Le Roy de Siam l’un des puissans Princes d’Orient, touché d’admiration, luy envoya des Abassadeurs en 1680, pour luy demander son alliance, & pour rendre hommage à ses Vertus. Ces Ambassadeurs firent naufrage ; il en fit au bout de cinq ans partir d’autres, dont la navigation fut plus heureuse, et qui eurent Audience du Roy à Versailles le premier de Septembre. Le Chef de l’Ambassade rendit à Sa Majesté la Lettre du Roy son Maistre, & luy offrit de sa part des présents magnifiques, de tout ce que l’Orient produit de plus rare. Sa Majesté, informée de la protection particuliére, que ce Prince donnoit dans son Royaume aux Missionnaires d’Europe, receût ces Ambassadeurs avec des marques singuliéres de bien-veillance pour leur Maistre. Pendant tout leur séjour en France, ils furent defrayez à ses despens ; il donna ordre, qu’afin de satisfaire leur curiosité, on les menast visiter ses Places de Flandre ; & les renvoya enfin chargez de presents beaucoup plus riches, que ceux qu’ils avoient apportez.
   C’est le sujet ce cette Médaille. On voit dans la Galerie de Versailles le Roy sur son Throne, au pied duquel sont les Ambassadeurs du Roy de Siam. La Legende, FAMA VIRTUTIS, signifie, réputation de la Vertu. L’Exergue, ORATORES REGIS SIAM M. DC. LXXXVI., Ambassadeurs du Roy de Siam. 1886.

SOURCE C:
1686.
LES AMABASSADEURS DE SIAM.
La gloire du Roy, s’estoit respanduë jusques dans les parties du monde les plus reculées. Le roy de Siam, l’un des puissans Princes d’Orient, touché d’admiration, luy envoya des Abassadeurs en 1680, pour luy demander son alliance, & pour rendre hommage à ses vertus. Ces Ambassadeurs firent naufrage. Au bout de cinq ans il en fit partir d’autres, dont la navigation fut plus heureuse, et qui eurent audience du Roy à Versailles le 1 de Septembre. Le Chef de l’ambassade rendit à sa Majesté la lettre du Roy son maistre, & luy offrit de sa part des présents, de tout ce que l’Orient produit de plus rare. Sa Majesté, informée de la protection particuliére, que ce Prince donnoit dans son Royaume aux Missionnaires d’Europe, reçeut ces ambassadeurs avec des marques singuliéres de bien-veillance pour leur Maistre. Pendant tout leur séjour en France, ils furent defrayez à ses despens ; il donna ordre, qu’afin de satisfaire leur curiosité, on les menast visiter ses Places de Flandre ; & les renvoya enfin chargez de presents beaucoup plus riches, que ceux qu’ils avoient apportez.
    C’est le sujet ce cette médaille. On voit dans la galerie de Versailles le Roy sur son Thrône, au pied duquel sont les Ambassadeurs du Roy de Siam. La Legende, FAMA VIRTUTIS, signifie, réputation de la Vertu. L’Exergue, ORATORES REGIS SIAM M. DC. LXXXVI., Ambassadeurs du Roy de Siam. 1886.

SOURCES DE LA MÉDAILLE
A. Cabinet des Médailles de Paris, Série royale, no. 936 (939) (argent), 937 (940) (bronze), Diam. 71, 72 mill.

B. Claude François Ménestrier, Histoire du roy Louis le Grand par les medailles, emblêmes, devises, jettons, inscriptions, armoiries, et autres monumens publics, Paris, Nollin 1689, f. 31, présente la même médaille, sauf que sous l'exergue on lit le nom du graveur : "MAUGER F.". La présentation de la médaille est différente de celle dans le dernier paragraphe de Quinault.

SOURCES DE LA DESCRIPTION
   La source A ne diffère qu'en quelques très petits détails des transcriptions de Jacquiot. Les deux recueils de Médailles sur les principaux événements sont disponibles sur Gallica.
   On notera que toutes ces sources sont postérieures à la mort de Quinault.

A. Registre Journal des Délibérations et des Assemblées de l’Académie royale des Inscriptions. Séance du Mardy 8 avril 1698

B. Medailles sur les principaux evenements du regne de Louis le Grand, avec des explications historiques, Paris, Imprimerie royale, 1702, p. 216

C. Medailles sur les principaux evenements du regne de Louis le Grand, avec des explications historiques, Paris, Imprimerie royale, 1723, p. 216

D. Josèphe Jacquiot, "Philippe Quinault, membre de la Petite Académie", dans Mélanges d'histoire littéraire (XVIe-XVIIe siècles) offerts à Raymond Lebègue, Paris, Nizet, 1969, p. 317



VARIANTES de la description
SOURCE B
    Les seules différences importantes entre le premier paragraphe de la source B et le deuxième de la source A, sont : la disparition de « pour la propagation de la Religion Chrestienne », comme si on voulait éviter toute mention de la religion ; l’introduction de la date du premier septembre et de la lettre du roi de Siam ; et la modification de « les principales villes de sa Frontiere » en « ses Places de Flandre », précision qui correspond sans doute à la curiosité des ambassadeurs. On peut mentionner aussi que la gloire du roi, dans la première phrase, se répand dans le monde entier, et pas seulement en orient.
    Autrement, on peut caractériser les variantes comme stylistiques. Par exemple, « esloignées » devient « reculées », « le voyage » est remplacé par « la navigation », « magnifiques » par « riches ».
   Le deuxième paragraphe contient peu de différences importantes. Le mot « magnifique » est éliminé ; on trouva peut-être il paraissait trop souvent (3 fois) dans la source A. Ou préféra-t-on réserver le mot magnfique pour Louis XIV qui, comme le dit Furetière dans son dictionnaire, « ne fait estat des richesses, que pour faire paroistre la grandeur de son ame » ? « Réputation » remplace « bruit », peut-être jugé trop figuratif pour les vertus du roi. 

SOURCE C
La seule différence importante entre les sources B et C se trouve dans la disparition – encore une fois – du mot « magnifiques » pour décrire les présents des ambassadeurs. A-t-on trouvé que « tout ce que l’Orient produit de plus rare » était suffisant, ou préféra-t-on éviter ce mot, tendance qu’on peut déjà observer dans la source B ?

Comments