Accueil‎ > ‎L'Oeuvre‎ > ‎

Comédies

Je ne donne ici que les principales éditions françaises (avec quelques éditions suisses et allemandes), qui sont tous des in-12 ; je donne néanmoins une édition hollandaise quand elle est disponible en ligne. Pour plus d'informations sur ces éditions, ainsi que sur les nombreuses éditions hollandaises, voir la Bibliographie critique de William Brooks.
On peut consulter tout le théâtre de Quinault en ligne, dans l'édition de son Théâtre de 1715 ; voir la Bibliographie [Oeuvres de Quinault].

Les Rivalles
- Créé à l'Hôtel de Bourgogne en 1653, probablement en été
- Paris, Guillaume de Luyne, 1655
-
Rouen [Laurens Maury] et Paris, Guillaume de Luyne, 1661

L’Amant indiscret, ou le Maistre estourdy
- Créé à l'Hôtel de Bourgogne au printemps de 1654, ou peut-être en 1655
- Paris, Toussainct Quinet, 1656
Texte de l'édition de 1656, avec orthographe modernisée
- Rouen [Laurens Maury] et Paris, Guillaume de Luyne, 1664
- Paris, au Bureau de la petite Bibliothèque des Théâtres, 1783 (tirage à part des Chef-d'oeuvres de Quinault)
- Fragments radiodiffusés, 1937, BnF, Arts du Spectacle,
4- YA RAD- 2120
- Édition critique par William Brooks, Liverpool Online Series, 2003

La Comedie sans comedie
- Créé au Théâtre du Marais en avril 1655
-
Paris, Guillaume de Luyne, 1657
-
Paris, Guillaume de Luyne, 1659 (imprimé à Grenoble par Philippe Charvys)
    Un exemplaire mis en vente en 2011 comporte l'indication "acheté à Grenoble le 23 janvier 1664 pour 8 [sols]"
- Rouen [Laurens Maury] et Paris, Guillaume de Luyne, 1660
- Édition critique par J.D. Biard, Exeter, University of Exeter, 1974 (texte de l'éd. de 1657)

La Mere coquette, ou les Amans brouillez
- Créé à l'Hôtel de Bourgogne en 1665, vers le 20 octobre
- Paris, Guillaume de Luynes, 1666
- Paris, Gabriel Quinet, 1666 (conforme à l'édition précédente)
- Paris, Th.Jolly, 1666 (conforme à l'édition précédente)
- Paris, et se vent au Palais, 1667
- Paris, Christophe David, 1705
- Château de Clagny, chez la duchesse du Maine, 27 mars 1708
- Château de Berny, chez le comte de Clermont, vers 1750
- Dresde, Gröll, 1764 (représenté par les comédiens français au théâtre de S.A. Électorale de Saxe, à Dresde)
- Genève, Pellet et fils, 1767
- Paris, P.-Fr. Gueffier, 1769 (corrections et changements par Collé)
-
Paris, au Bureau de la petite Bibliothèque des Théâtres, 1783 (tirage à part des Chef-d'oeuvres de Quinault)
- Paris, s.d. (Collection théâtrale NIllson)
- Paris, Mme Dabo-Butschert, 1825
- Édition critique par Étienne Gros, Paris, Ancienne librairie Honoré Champion, 1926

On peut lire La Mère coquette sur Gallica (
édition d'Amsterdam de 1666), sur le site Théâtre classique, et dans les Chefs-d'oeuvre dramatiques de Quinault, Montfleury, Genest, et La Fontaine .


Comments