Accueil‎ > ‎Correspondance‎ > ‎

Lettre du 26 septembre 1686

Paris, Archives Nationales, G7 832
26 septembre 1686
1 feuille pliée en 4 pages

[p. 1]
Vous scavez, Monsieur, que le Roy me donne tous les ans une gratiffication de 4000 lt a cause des Opera que jay faits pour ses divertissements. jai presenté mon placet pour lannée derniere 1685, et Sa Majesté la renvoyé a Monseigneur le Controlleur general. on ma dit que Monsieur de By avoit marqué dessus que je n’avois esté payé de lannée 1684 qu au mois de Juin 1685. Je vous prie, Monsieur, de faire souvenir Monsieur de By que ce fut par le conseil qu’il eust la bonté de me donner que je differay si longtemps a demander ma grattification de 1684, parce que celle de 1683 ayant esté oubliée, jen avois esté payé au commencement de lannée 1685 et quil jugeoit a propos de laisser un intervalle de quelques mois entre ces deux gratiffications. Je ne croy pas que cette circonstance puisse sestendre jusquen cette année, et faire retarder ma gratiffication jusqu’au mois de Juin. dautant plus que lannee derniere est celle ou jay fait pour Sa Majesté non seulement un Opera mais encore un Ballet qui a paru a fontainebleau.
[p. 3]
C’est un redoublement de travail qui a failly a me couster la vie, et le crachement de sang quil ma causé et dont je ne suis pas encore bien guery me donne lieu de penser que si Sa Majesté ne maccorde point de recompense extraordinaire, elle ne voudra pas au moins retarder celle quelle maccorde ordinairement. Jose m assurer Monsieur que vous ne me refuserez pas en cette occasion de prendre soin de mes interests et que vous ajousterez cette nouvelle grace a celles que vous mavez faites et qui mobligent destre avec passion
    Monsieur
       Vostre tres humble / et tres obeissant serviteur
           [signé] Quinault
ce 26 7bre 1686

Permettez moy dassurer Madame de Paris de mes tres humbles respects


Notes
   Le nom du destinataire de cette lettre ne figure pas sur l'autographe aux Archives. Elle fut probabelment destinée au mari de Madame de Paris, mentionnée à la fin de la lettre. Il s'agit sans doute de François de Paris, seigneur de la Brosse (1618-1695), président de la Chambre des Comptes (où Quinault était auditeur) ; il avait épousé Marie du Fos. Son neveu, Pierre de Paris (1651?-1735), propriétaire du château de Beauregard, ne se maria pas.
   En 1686, le contrôleur général des finances était Claude Le Pelletier. Monsieur de By (Bie) était son commis.
   L'opéra de 1685 dont parle Quinault à la fin de la page 1 est probablement Roland, créé à Versailles le 8 janvier 1685. Mais il est possible qu'il parle d'Armide, qui serait créé le 15 février 1686 et sur lequel il avait sans doute travaillé en 1685.
   Le ballet est Le Temple de la Paix, créé à Fontainebleau le 20 octobre 1685.
Comments