Accueil‎ > ‎Correspondance‎ > ‎

Lettre du 10 mars 1683

Bibliothèque Nationale de France, ms. fr. 22.222, f. 262-263
    Buijtendorp (p. 45-46 et 173) a sans doute raison de proposer que cette lettre fut adressée à Colbert.
    Le voyage dont il est question dans la première phrase est celui du 4 au 24
mars pendant lequel la cour séjourna à Compiègne du 5 jusqu'au 17. Les vers que Quinault envoie au roi sont Au Roy, sur son voyage de Compiegne, ou sa majesté va prendre le divertissement de la chasse ("Grand Roy que dans les coeur de nos voisins jaloux").
    La charge dont il est question, f. 263, serait celle de conseiller du roi, titre qu'il porte dans l'acte de mariage de sa fille Marie Louise en 1685.
    Dans la même phrase, "le difficile Opera" est le sujet du madrigal "L'opéra difficile", où il parle des cinq filles qu'il a à marier.

[f. 262]
    Monsieur,
    Vous avez si bien receu toutes les prieres que je vous ay faites, que je prens la liberté de vous prier de presenter au Roy les Vers que je vous envoye, et que j’ay faits sur son voyage. Si je nay pas le plaisir de le suivre, au moins jay la satisfaction d’avoir incessamment l’esprit occupé de sa gloire : c’est une matiere immense, et qui ne peut estre espuisée ; on y trouve des beautez tousjours nouvelles ; et il ny a point de sujet ou il soit plus agreable de s’apliquer, et plus facile de reussir. Vous estes heureux, Monsieur, d’avoir un attachement continuel aupres d’un Maistre si digne d’estre Maistre de tout le Monde. Plus on le considere, plus on l’admire ; et c’est le veritable caractere des plus honnestes gens de faire leur ambition de l’honneur de le servir, et leur felicité de la joye de le voir. Je vous avoue, Monsieur, que
[f. 263]
si javais le bonheur d’obtenir la charge que vous scavez que jay demandée a Sa Majesté, ce me seroit un puissant secours pour faire avec succés le difficile Opera de l’establissement de ma famille, mais je serois encore incomparablement plus touché et plus content de l’avantage, que j’avais d’estre attaché pour toute ma vie, auprès d’un Roy qui ne merite pas moins destre aimé de ses sujets que d’estre craint de ses Ennemis, et qui est autant au dessus des autres Roys, que les Roys sont au dessus des autres Hommes. Je m’assure, Monsieur, que vous avez la bonté d’entrer dans mes interests, et que vous voulez bien me permettre de vous en entretenir. Faites moy la grace de me conserver l’amitié dont vous m’honorez, et me faites la justice d’estre persuadé que je suis avec une passion involable
    Monsieur
       Vostre tres humble et très obeissant serviteur
          Quinault
A Paris ce 10.e Mars 1683
[Je remercie M. Jérôme de La Gorce pour la transcription de ce manuscrit, dont l'original a disparu.]
Comments