Accueil‎ > ‎Correspondance‎ > ‎

1688

Paris, Archives Nationales, G7 552, année 1688
1 f. pliée, 4 pages

[p. 1]

Monseigneur.

Quoy que je sois presqu’entierement delivré du mal dont jay esté attaqué depuis quelques jours, la foiblesse qui m’en est demeurée ne me permet pas encore d’avoir l’honneur d’aller a vostre audience ; mais comme c’est en ce temps que l’odonnance de la gratiffication annuelle que le Roy a bien voulu m’accorder est ordinairement expediée, je prends la liberté de vous escrire, Monseigneur, et jay recours ainsy que jay accoustumé a la protection dont vous m’honorez. J’en ay receu tant de marques avantageuses que j’ose m’assurer qu’elle ne me sera pas moins favorable cette année que les precedentes, et quand je n’aurois pas

[p. 3]

autant de sujet que j’en ay d’esperer la grace que je vous demande de la bonté particuliere que vous m’avez si souvent tesmoignée, je croirois devoir l’attendre de l’inclination que vous avez a faire du bien a tout le monde. je suis avec une passion tres ardente, et un respect tres profond

Monseigneur,

Vostre tres humble et
tres obeissant serviteur
[signé] Quinault

Notes
   Le nom du destinataire de cette lettre ne figure pas sur l'autographe aux Archives.
Comments