Accueil‎ > ‎Contemporains‎ > ‎

Chappuzeau

Le Théâtre françois de Samuel Chappuzeau (1625-1701) est une mine d'informations sur le théâtre en France immédiatement après la mort de Molière (Lyon, M. Mayer, 1674). Le texte est divisé en trois parties :
   I. de l'Usage de la comédie
  II. des Auteurs qui soutiennent le théâtre
  III. de la Conduite des comédiens.
On consultera avec profit l'édition critique établie par C.J. Gossip (Tübingen, Gunter Narr, 2009). Gossip suit le texte du manuscrit, qu'il date de 1673. Le texte difffère très peu de celui de l'édition de 1674.

Chappuzeau ne parle pas de Quinault, mais il fait partie des "Autheurs qui soûtiennent presentement le Theatre :
Messieurs
Boursault.
Boyer.
Corneille l’Aisné.
Corneille le Jeune.
Gilbert.
Montfleury.
Quinaut.
Racine.
Du Visé.


Ed. 1674, Seconde partie, p. 98

Quelques pages plus loin, Chappuzeau donne une liste des pièces de Quinault. Astrate en est, curieusement, absent, et on remarquera que l'ordre chronologique n'est pas toujours observé.
De Quinaut / En divers Tomes chez Guillaume de Luynes
Les Rivales.
La Genereuse Ingratitude.
L’Estourdi.
Les Coups d’Amour et de la Fortune.
Le Fantosme amoureux.
La Comedie sans Comedie.
L’Amalazonte.
Le Mariage de Cambyse.
Alcibiade.
Agrippa, ou le faux Tiberinus.
Stratonice.
Cyrus.
Pausanias.
La Mere coquete.
Bellerophon.
Et pour l’Opera,
Les Festes de l’Amour et de Bacchus, Pastorale.
Cadmus et Hermione, Tragedie.
Alceste, Tragedie.

Ed. 1674, Seconde partie, p. 106-107
Après cette liste, Chappuzeau ajoute un paragraph sur Lysis & Hespérie.

   Chappuzeau avait déjà parlé brièvement de Quinault dans son L'Europe vivante (t. I, 1667; éd. 1671, p. 316) :
Monsieur Quinaut qui sçait parfaitement la Carte de Tendre, et qui touche si bien les passions amoureuses.
Comments