Accueil‎ > ‎Appréciations‎ > ‎

Mme du Deffand

Marie Anne de Vichy-Chamrond, marquise du Deffand (1697-1780) tint un salon célèbre à partir de 1749. Plus jeune, elle fréquenta la duchesse du Maine à Sceaux, où elle rencontra Voltaire. Sa correspondance avec lui, comme celle avec d’Alembert et Horace Walpole, est d’une grande richesse, et son style fut généralement admiré.
Je cite les lettres d'après les Lettres de la Marquise du Deffand à Horace Walpole […], éd. M.A. Thiers, Paris, Firmin Didot, 1864.

Voir aussi de lettres que Voltaire lui adressa en 1775.

Mais pour Quinault, j’en ferai toute ma vie un cas infini, parce qu’il n’est jamais par delà le vrai.
Lettre à Horace Walpole, 8 août 1775

   Je suis ravie que vous aimiez Quinault, et que vous lui accordiez la seconde place. La première dans aucun genre ne peut plus être vacante, vous y avez mis bon ordre.
    Vous vous trompez, si vous croyez qu'Eglé n'a plus rien à vous dire, elle auroit mille choses à vous raconter si elle pouvoit vous parler, mais par lettres on a trop de confidens. Je suis très persuadée, mon cher Voltaire, que nous serions souvent d'accord.
Lettre à Voltaire, 2 décembre 1775
Voir la lettre de Voltaire du 26 november 1775

    Je soupçonne que les vers que Voltaire dit avoir reçus par la poste sont de lui-même, et qu'il a pris ce tour pour se moquer de Marmontel, qui corrige Quinault et y ajoute des vers de son cru : quoique j'y sois nommée, je n'y ai de part que celle que la rime m'y a donnée.
    Vers envoyés a M. de Voltaire par la petite poste, le 20 février au soir.
A charmer tout Paris Piccini doit prétendre :
Roland est un chef-d'œuvre, il vous faudra l'entendre,
Disait hier au soir madame du Deffand
Au rival des auteurs du Cid et d'Athalie.
Marmontel, reprit-il, très-vivement m'en prie,
Mais ainsi que Tronchin Quinault me le défend.
    Vous vous trompez, si vous croyez qu'Eglé n'a plus rien à vous dire, elle auroit mille choses à vous raconter si elle pouvoit vous parler, mais par lettres on a trop de confidens. Je suis très persuadée, mon cher Voltaire, que nous serions souvent d'accord.
Lettre à Voltaire, 1er mars 1778
Comments