Accueil‎ > ‎Appréciations‎ > ‎

Journal de Musique

Le Journal de Musique débuta en janvier 1770. Dans le numéro de mai 1770, les pages 19-41 sont consacrées à la représentation de Persée à Versailles, pendant les fêtes du mariage de Louis XVI et Marie-Antoinette. La scène des adieux de Persée et Andromède (acte II, scène 6), "ingénieuse, au lieu d'être passionnée" (p. 26), est comparée à une scène d'Antigone de Métastase (II, 3). Voici quelques extraits de l'article :

Le temps et M. de Voltaire ont assuré à Quinaut une réputation méritée à beaucoup d’égards, mais insidieuse pour les jeunes gens qui cherchent à l’imiter. (p. 20)
[...]
Le fils de Jupiter l’adore ;
Croyez-vous que je sois encore
    A m’en apercevoir.
[I, 2]
    Quels vers ! On convient qu’il faut qu’un style soit très-Poëtique avant d’être lyrique, & cependant on veut que Quinaut soit toujours lyrique. Ces vers sont mauvais en musique, parce qu’il faut nécessairement que le chant les distingue & les sépare, & que le sens ne peut y souffrir de séparation.
    Mérope, restée seule, chante un monologue de l’expression la plus naïve, dont la reprise est,
Ah ! je garderai bien mon cœur
Si je puis le reprendre. [I, 3]
    Ce sentiment est d’une ame vivement affectée : l’esprit en est très-satisfait. Si l’oreille ne l’est pas également de la coupe des vers du reste du morceau, ce n’est pas à Quinaut qu’il faut s’en prendre ; Métastase est le premier qui ait senti la nécessité des vers symétrisés.
Mérope laisse la place à Andromede & à Phinée. Ils ont ensemble une Scène de subtilités amoureuses, faite pour séduire tous les Beaux-Esprits, & révolter tous ceux qui connaissent les procédés de la Musique. […] [U]n sentiment de la jalousie […] est offert à l’esprit, qu’il était aisé de l’offrir de même aux sens ! (p.
22-23)
[...]
Tout cela [les adieux de Persée et d’Andromède] est galant & agréable, mais froid. (p. 27)
[...]
L'auteur conclut :
Il y a dans cette Scène tout autant d'esprit que dans celle de Quinaut. Mais combien a-t-elle plus de chaleur et de passion ? Que les sentimens en sont exprimés d'une manière plus musicale ! [...] Si Quinaut l'a ignoré, répétons-le encore, ce n'est pas lui qu'il en faut accuser. La manie de son temps était le bel-esprit. La Cour était galante, on voulait de la galanterie dans les fêtes qu'on donnait. Et puis qu'aurait fait Lulli de passions violentes ? Comment aurait-il rendu une expression vigoureuse, dans un temps où l'on n'avait point d'orchestre, et où les voix sacrifiaient la souplesse à l'ampleur ? (p. 36)
Comments